Nos premiers travaux en Art Informatique ont été d'inspiration  formelle et constructiviste, non seulement pour étendre les procédés de construction automatique d'images déjà explorés de diverses façons sans l'outil informatique, mais aussi parce les conceptions structuralistes était très prégnantes à l'époque. Les premières implantations informatiques des grammaires formelles illustraient pour nous la puissance créative de cet outil.  Les espoirs de constructions nouvelles reposaient sur l'exploration de l'idée d'automates, de grammaire et de l'Intelligence Artificielle en général.  Mais cet ordre impressionnant devait permettre une liberté de création :  celle-ci  fut fournie par l'introduction de l'aléatoire, grande ressource informatique par essence.
Mais où est l'homme dans tout ça ?  En 1970 utiliser un ordinateur était forcément déshumanisant.et curieusement donnait lieu à plus d'agressions que tous les dogmatismes théoriques, suprématistes etc....il aura fallu deux à trois dizaines d'années pour l'admettre comme un instrument banalisé, (sauf par le ministère de la Culture), et à condition de ne pas faire trop de recherches techniques...

Néanmoins notre groupe de l'époque, le Groupe d'Art et d'Informatique de Vincennes (GAIV),ou le gai Vincennes, se plongait avec une heureuse inconscience dans l'aventure. Les Oubliés du Progrès (D.Goossens)et le saint LISP ("L'Incroyable Système Poussif" comme disait . Devillers) étaient avec eux.  

Trente années plus tard, plusieurs autres grands espoirs formels de compréhension et de création ont continués de donner lieu à d'enthousiastes manipulations, mais la création continue à chercher et à explorer ses espaces de variations,  les paramètres possibles s'étant considérablement étendus, ne serait-ce que par l'intrication de données analogiques et numériques à tous niveaux, de l'apprentissage  à la réalisation . Loin de s'arrêter à un formalisme mathématique aussi complexe soit-il, mais en général rapidement ennuyeux dès lors qu'on en comprend trop le mécanisme,  l'image semble chercher un intérêt dans l'écart, la variation, la sensation, et il est remarquable de s'apercevoir que l'outil informatique reste un support privilégié d'exploration de paramètres « humains », contrairement à l'opinion si répandue quand nous avons commencé, sans doute parmi les premiers en France, à utiliser cet outil.
prologue: images calculées au début des années 70